Mbeni: Anda et culture

 

Comprendre le ANDA à Mbeni

Le grand mariage

 

Aux Comores , Le grand Mariage est une tradition ancienne qui permet au Grand Comorien d'accéder à un rang honorifique dans la société bien que cela lui coûte des années d'économie.

 Après avoir fait son grand mariage, Le Comorien se voit appeler Grand Notable ou "MDRU MDZIMA", ce qui est un honneur pour lui.

 Tout comorien qui veut avoir sa place dans la société se voit dans l'obligation de faire le grand mariage pour pouvoir prendre place parmi les notables et être capable de Diriger, Juger, Décider et Être Servi comme un roi. 

 Le grand mariage est une chaîne de manifestation, de chants et de danses traditionnelles, organisés par les deux familles. Ces maniféstations different selon les régions de l'île de Ngazidja. Chaque ville et village a sa façon de faire le grand mariage, et à Mbeni il se déroule prèsque de la manière suivante :

En premier, il y'a lieu " le MADJLISS " qui s'éfféctue habituellement le jeudi soir après la dérnière prière de la journée. Cette maniféstation a pour objet non seulement d'annoncer le mariage officiellement au public mais aussi à présenter le programme pour le déroulement des autres maniféstations .

Ensuite, le premier dimanche, il y a lieu ce qu'on appelle le " DJELEO " qui consiste à distribuer de l'argent, du riz et de la viande de bœuf tué, ( KARAMU).

Le vendredi suivant le dimache du "Djeleo", les "Wanamdji" se réunissent à la place publique pour partager la liste où contient les noms des foyers qui ont préparé le riz . Chaque catégorie sociale (Hirimu) se regroupe pour dîner ensemble dans une  même maison. Mais le groupe d’âge de l’époux se trouve dîner chez ce dernier (BIZANI). 

Le même Vendredi, il y'a lieu "le SHIGOMA SHA LAENSWIRI" qui se donne d'habitude dans l'après-midi comme son nom l'indique : CHIGOMA veut dire tam-tam et LAENSWIRI qui veut dire l'après-midi en arabe.

Le soir du vendredi, il y a lieu le "DJALIKO", donné par des hommes vêtus d'un boubou et d'un costume avec un chapeau à la comorienne (KOFIA), qui  dansent avec une canne tout le long de la rue jusqu'à la place publique de la ville pour finir en "SAMBE": qui est  une danse en forme de cercle mouvementé.

  Le samedi matin, la plupart du temps, ce sont les proches de la famille du mariée qui s'organise devant la maison de la femme pour animer des chants " Bora" pendant que d'autres s'occupent à immeubler la maison qui acceuillera les invités le lendemain.

 

Pendant ce temps, chez le mari (BWANA HARUSSI),  il y a aussi un autre "Bora" où la famille du mari profite pour éxposer aux invités l'or qui sera déstiné à la mariée " MTAWO". A l’après midi de ce samedi, les femmes du quartier organisent des manifestations accompagnés des chants: ’’ LELEMAMA’’.  

 

Le dimanche matin il y a lieu le " ZIFAFA" qui fait appel à toutes les villageois et les amis du mari, pour accompagner celui-ci dans sa nouvelle maison. Le Zifafa, est accompagné des chants rythmés en langue arabe.

 Ce dimanche même les "WANDRWA DZIMA" c.a.d ceux qui ont fait le Grand mariage, sont accueillis chez la mariée pour lire quelques verset du coran afin que les deux époux ne se séparent à jamais: ‘’ WALIMA’’. A la fin de celui-ci, chacun d’eux quitte avec un sachet de pain à la comorienne’’ GOUDOU-GOUDOU’’.

 Ce jour même à 10h les "WANAMDJI" sont invités par le marié pour leurs présentés sa nouvelle famille et leur faire les Adieux parce que depuis ce jour il  ne fait plus partis des "WANAMDJI" mais des " WANDRWADZIMA. Cette invitation est surnommée «IDJOUMBA ».

Le soir à partir de 21h il y a lieu le "OUKOUMBI": une danse donnée par des femmes par laquelle un orchestre féminin chante et danse suivant le rythme d'un Tambour. C'est le jour où la mariée sort avec sa robe de mariage et rejoint les autres femmes pour participer à la fête.

Le lundi à 14 heures, la classe d’âge du marié "Ndé Hirimu", sont invités à un dîner chez le marié et c’est aussi l’occasion pour ce dernier de présenter ses frères sa nouvelle famille. C’est ce qu’on appelle ‘’MBILI’’.

Tout au long de la semaine, "Boinaharussi" continu à inviter ses amis tout les après-midi pour leur présenter sa nouvelle famille, ceci est appelé ‘’TCHAY YA LAENSUIRI’’ littéralement "le thé de l’après- midi."

Enfin, après toutes ses manifestations, le mari trouve sa place sur le sommet de la hiérarchie sociale.

Mais pour avoir tous les droits à la parole et le respect devant les "WANA ZIKOFIA"; il faut que le "Grand mariage" finisse par l'octroi des bœufs aux membres de la famille (HARUSSI). Le jour du "HAROUSSI", la viande est préparée avec du sagou (TSAMBU).  

La ville de Mbeni, n’arrête pas à conserver cette tradition comorienne; c’est ce qui lui permet d’être considérer comme la ville la plus concérvatrice des Comores.

Rédaction: Hamidou SAID ALI Tintin

 

 

69 votes. Moyenne 1.45 sur 5.

ce site est geré par votre frère Said Ali Hamidou

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site